"Trouvons nos intérêts communs et faisons les fructifier ensemble."

Le concept 'gagnant-gagnant' a fait ses preuves, en particulier dans le domaine complexe de la négociation internationale. Peut-être pouvons-nous nous en inspirer en matière de Management pour nos équipes ?

L'exemple des accords de paix entre 'catholiques' et 'protestants' en Irlande du Nord (avril 1998), menés par Brian O'Neil, est révélateur en la matière.
Au départ, une situation complexe, deux positions éloignées, avec des enjeux politiques et passionnels forts.
A l'arrivée, des intérêts convergents, avec, de part et d'autre, des concessions dans le respect de l'intégrité des personnes, et, surtout, une réalisation concrète : la création de l'Assemblée de l'Irlande du Nord, impliquant toutes les parties prenantes.
Ceci est l'aboutissement d'un long processus de restauration de la confiance, par l'apprentissage du travail en commun.

Aujourd'hui, le processus se poursuit.

  • mai 2006 : se tient, pour la première fois depuis 2002 cette assemblée avec un nouvel objectif : former dans les six mois un gouvernement d'unité nationale.
  • septembre 2006 : une commission impartiale certifie que l'IRA a rendu ses armes, mais aussi a démantelé ses réseaux activistes.

Etape par étape, le processus de paix se poursuit...

Cette démarche réussie est une référence : elle est porteuse d'espoir pour nous tous, individus comme managers, pour contribuer à l'atteinte de nos objectifs : communiquer de manière plus efficace auprès de mes collaborateurs, mieux motiver mes troupes autour d'intérêts communs, convaincre mon client sur une vision partagée, etc. Chacun peut ainsi garder cet exemple en mémoire, et le mettre à profit dans la vie de tous les jours.

Bien sûr, le concept 'gagnant-gagnant' requiert, de l'individu comme de l'organisation, effort et volonté. Et il en faut :

  • pour dire les choses et les entendre (contraintes réciproques)
  • pour progresser dans un consensus collectif constructif (s'entendre sur des objectifs annuels)
  • pour accepter le droit à l'erreur -parce qu'elle est humaine-, et tirer, le cas échéant, les bénéfices communs
  • pour s'écouter les uns les autres, mais aussi pour s'écouter soi-même : ses envies, ses moteurs, ses refus, ses limites.

C'est le prix de l'harmonie !

Marc Beretta